L'art de la simplicité et du cocooning santé
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Chers amis et visiteurs bonjour, je vous souhaite la bienvenue sur le forum.

Partagez | 
 

 Les fées de St Dalmas le Selvage

Aller en bas 
AuteurMessage
Iyäna

avatar


MessageSujet: Les fées de St Dalmas le Selvage    Mer 25 Avr - 15:52

Qui croit qu'il n'y a pas de contes avec des fées dans notre région?



Vous qui connaissez la haute Tinée, vous devez connaitre ses deux hameaux? Le Prat et Bousieyas!
Durant longtemps ils furent la patrie des Dames Fées que l'on confond souvent tord avec ces mégères de Maïssas.
On apercevait les fées de loin, vêtues de blanc et couronnées de fleurs de saison. On s'accordait à penser qu'elles habitaient parmi les rochers presque inaccessibles. Mais ceci demeurait un mystère...

Ces fées gracieuses étaient heureuses comme des reines. Mais des reines sans roi, sujets ou servantes pour troubler leur quiétude. Elles vivaient ensemble telles des sœurs de lait dans une constante harmonie n'ayant pour d'autres occupations que de deviser entre elles ou de filer et tisser la laine des vêtements qu'elles se confectionnaient.
Ne souhaitant pas les blanchir dans l'eau cristalline de la rivière trop souvent fréquentée, elles s'étaient creusé un bassin face à leur habitation.
Ce bassin fut nommé plus tard Gourc des morts (Petit lac de montagne) à cause d'accidents, où les fées n'y étaient pour rien d'ailleurs.
Alors qu'elles étendaient leurs vêtements au soleil sur le bord du lac, elles furent surprises par la présence d'un étranger:

" Bonhomme indiscret qui t'a mené ici?
- Vous ne pouvez être que des fées puisque vous connaissez mon nom avant même que je me présente. Je suis le fils de Jacques Bonhomme de St Dalmas.
- Bonhomme téméraire. Sais-tu quel sort t'est réservé?
- Le sort le plus heureux, si je puis mon âne aidant, vous être utile à quelque chose?
- Charges ta bête de toutes ces étoffes afin de les emmener chez nous.
- Bien mes Dames des fées!
- A l’œuvre donc Bonhomme de bonne volonté tu verras ce que nul mortel avant toi n'a vu!"
Disparaissant tout entier sous l'amas de belles étoffes l'âne n'en cheminait pas moins allègrement.
Marchant au mieux sur un étroit sentier caillouteux enserré d'énormes rochers qui rétrécissent de plus en plus l'issu, l'âne s'arrêta net face à un précipice.
"Avance ânier de peu de foi! Reculer étant impossible, se voir métamorphosé en arbre étant la pire des destinées, Bonhomme prend la bride, ferme les yeux et fais un pas en avant."
Bonhomme hésita un instant, en toisant l'air inquiet l'une des Dames Fées. Mais il ferma les paupières serra la bride dans son poing et lança son pied en avant.
"Ouvre les yeux à présent."
L'ânier se crut dans un doux rêve. Il se tenait debout sous la voûte d'une cathédrale de lumière, une salle vaste, splendide et pourtant sans fenêtre.
"De quelle source ruisselle ces flots de lumière?
- Elle part de colonnes de glace qui soutiennent la voûte et communiquent avec l’extérieur, qui reflètent la lumière vers l'intérieur."
Tant de magnificence, de drapés, d'ornements dorés, de richesses étincelantes! Topazes, coupes d'or, sièges de diamant, statues de marbre rose et blanc. Bonhomme bouche bée, genoux flageolant a comme un vertige d'admiration jusqu'à son regard tombe sur son rustre reflet dans le miroir accrochait au mur. Il soupire et dit:

" Ma place n'est point ici..
- Tu ne sortiras pas tant que tu n'auras pas choisi ton salaire parmi ces objets. Quoique tu choisisses, cela deviendra ton talisman.
- Ne désires-tu pas ce magnifique canif?"

Elle pointe du doigt vers un objet précieusement ciselé.
"- Non. Le canif n'est bon que pour couper l'amitié."

Il promène son regard sur tout ces trésors et arrête son choix sur une magnifique peau d'âne que les fées destinaient à recouvrir leur tambour basque pour marquer la cadence de leur ronde. Il ajoute glorieusement:

"-Voilà de quoi chausser chaudement Bonhomme père, grand-père et fils!
- Tu as choisi judicieusement Bonhomme!"

En prononçant ces paroles, elle posa une caresse sur le sommet du crâne de Bonhomme, lui baissant ainsi légèrement la tête.
Se redressant et ouvrant les yeux, il resta hébété de se retrouver seul dans la praire avec son âne en train de brouter. Il ne lui restait que la peau d'âne et la senteur floral de la demeure des fées.
Telle est l'antique et véridique histoire des fées de St Dalmas le Selvage.
Revenir en haut Aller en bas
http://dea-materre.blogspot.com
 
Les fées de St Dalmas le Selvage
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mandy Art Femina :: ✫ Au coin du feu ✫ :: Les contes et légendes-
Sauter vers: